Home > REPALEF > DGPA

 Présentation de la DGPA

Acronyme DGPA :     Dynamique des Groupes des Peuples Autochtones
Date de création 18 février 2005
Lieu de création Kinshasa
Siège social Kinshasa (capitale de la République démocratique du Congo)

04, Av. Mandariniers Q/croix rouge Commune de la Gombe

Téléphone +243 819409915+243 822476565
E-mail dgpardc@yahoo.fr
Statut juridique Textes juridiques Lieu de délivrance Autorité de délivrance
  1.    Arrêté ministériel N° 501/CAB/MIN/J&DH/2011 du 18/10/2011, accordant la personnalité juridique à la DGPA. Kinshasa Ministère de la Justice et Garde des Sceaux
  2.     Accusé de réception N° F-92 12440 du 11/06/2009, enregistré sous N° JUST./SG/20/521/2009 Kinshasa Ministère de la Justice et Garde des Sceaux
  3.    Acte notarié référencié sous le numéro 179.003, Folio 42–56 Volume MCCLXXIX, du 09/12/2010 Kinshasa Hôtel de ville de Kinshasa
4.    Attestation de confirmation de siège, N° 135/2011

P.N° 01386008/H.N°A4085312, du 05/07/2011

Kinshasa -Ngaliema Maison communale Ngaliema, Service du développement rural.
5.    Certificat d’enregistrement N°008/CJ/SG/ECN/012

Conformément à l’arrêté ministériel n°010/CAB/MIN/ECN-T/015/JEB/11

Kinshasa Secrétariat Général à l’Environnement et Conservation de la Nature

Cellule juridique

Vision DGPA Les peuples Pygmées jouissant de leur dignité et de leurs droits reconnus et sécurisés
Mission DGPA Responsabiliser, accompagner les PA Pygmées pour leur auto-prise en charge, le respect de leurs dignité et droits, étant les gardiens séculaires des forêts.
Objectifs DGPA –      Veiller à la prise en compte des intérêts, des droits et pratiques traditionnels des Peuples Autochtones Pygmées dans le processus des réformes forestières et dans la gestion durable des forêts et des ressources naturelles ;

–      Influencer l’élaboration des politiques affirmatives au profit des Peuples   Autochtones Pygmées la prise en compte des droits des Peuples   Autochtones Pygmées dans la législation congolaise  en matières environnementale et forestière ;

–      Renforcer les capacités techniques, des Peuples Autochtones Pygmées en matière de lobbying et plaidoyer pour la reconnaissance de leurs droits d’accès à la terre et la jouissance de tous leurs droits traditionnels ;

–      Faciliter l’implication et la participation des Peuples Autochtones Pygmées aux instances de décision au niveau local, provincial, national et international ;

–      Promouvoir la culture et le mode de vie des Peuples Autochtones Pygmées ainsi que leurs savoirs endogènes ;

–      Promouvoir les actions visant à lutter contre la déforestation et la dégradation des forêts, leur milieu vital ;

–      Contribuer à la réduction de la pauvreté des Peuples Autochtones Pygmées, notamment par le développement des activités génératrices des revenus issus de la valorisation de leurs ressources forestières et de leurs savoirs traditionnels, avec le souci d’assurer la durabilité de ces ressources forestières, activités et revenus ;

–      Renforcer le plaidoyer de la société civile congolaise au niveau local, national et international pour des questions touchant au mode de vie des Peuples Autochtones Pygmées, aux forêts, et aux Paiements des Services Environnementaux.

Organisation de la DGPA

 

 

 

Les organes :

–        L’Assemblée Générale (AG)

–        Le Conseiller d’Administration (CA)

–        La Commission de contrôle (COCO)

–        La Coordination Nationale (6 Groupes Thématiques) (CN),

–        Les Antennes

Les noms des Antennes de la DGPA en provinces
Nom de l’Antenne Province Porte-parole de l’Antenne
01 Antenne de Beni Nord-Kivu PAP-RDC
02 Antenne de Bukavu Sud-Kivu CPAKI
03 Antenne de Gemena Equateur (Nord) CECU-17
04 Antenne de Goma Nord-Kivu APDEMAK
05 Antenne d’Inongo Bandundu VAPYBA
06 Antenne de Kalemie Katanga (Nord) VMI
07 Antenne de Kananga Kasaï Occidental COPADICO
08 Antenne de Kindu Maniema APRODEPED
09 Antenne de Kinshasa Kinshasa ERND
10 Antenne de Kisangani Prov. Orientale REJEPA
11 Antenne de Lubumbashi Katanga (Sud) APRONAPAKAT
12 Antenne de Mbandaka Equateur (Sud) APPL
13 Antenne de Mbuji-Mayi /Kabinda Kasaï Oriental FHI

Quid de la DGPA ?

La DGPA est un réseau d’envergure nationale regroupant actuellement 43 associations ou organisations des Pygmées et celles accompagnant les Pygmées en RDC, implantées dans les provinces du pays[1] où elles sont regroupées en « Antennes ».

La DGPA a acquis beaucoup d’expériences dans le plaidoyer et le lobbying en faveur des autochtones Pygmées et autres communautés locales, ainsi que du savoir-faire dans l’encadrement, l’accompagnement de proximité et le renforcement progressif des capacités. Ceci a permis la participation des communautés dans différents processus touchant les forêts, leur milieu naturel vital, le but visé étant la prise en compte de leurs droits et pratiques traditionnels dans la gestion durable de nos forêts.

Les axes d’intervention de la DGPA relatifs aux forêts incluent le suivi de la mise en œuvre des Codes forestier et agricole, de la loi sur l’environnement, la conservation de la nature. Ils touchent aussi les connaissances traditionnelles et endogènes pygmées liées aux forêts, l’exploitation du bois, les processus REDD+, le Programme d’investissement forestier (FIP)[2], etc.

Contexte de création et statut juridique

La DGPA est née dans le contexte de la réforme forestière que la Banque mondiale appuie en RDC depuis son réengagement au pays en 2001. En effet, cette réforme intéresse au plus haut point les Pygmées tributaires des forêts, en ce qu’elle constitue une opportunité pour améliorer leur participation dans la gestion des forêts, dans la reconnaissance de leurs droits.

En 2005, de suite de ce qu’elles ont considéré comme manquements de la Banque mondiale quant au respect par elle de ses propres politiques de sauvegarde[3], directives et procédures opérationnelles dans la mise en œuvre de ses projets en RDC[4], les organisations pygmées et celles accompagnant les Pygmées à travers le pays, agissant au nom et en collaboration avec ces derniers, ont suscité une dynamique d’action, à travers laquelle elles ont initié une requête (une plainte) qu’elles ont adressée au Panel d’inspection de la Banque mondiale.

Les requérants fustigeaient, entre autres, ce qu’ils ont vu comme une dichotomie entre les ‘principes’ contenus dans les politiques et procédures officielles de la Banque et sa ‘politique locale’ en matière de projets en RDC[5]. C’était la naissance de la Dynamique des Groupes des Peuples Autochtones – DGPA.

D’autres défis entouraient également la création de la DGPA, à savoir :

  • L’exploitation forestière du bois et des ressources naturelles avec des impacts dramatiques sur la vie des Pygmées et sur les habitats naturels critiques ;
  • la non-capitalisation des ressources forestières dont regorgent leurs forêts, en termes de plus value, d’accroissement de capital et de renforcement des moyens de subsistance ; ce qui explique les conditions de vie particulièrement infrahumaines des communautés Pygmées;
  • le déni systématique des droits individuels et collectifs des peuples Pygmées, lié à leur discrimination séculaire, à leur exclusion, à leur asservissement qui prend souvent une forme contemporaine d’esclavage entretenu à travers des stéréotypes négatifs et des coutumes rétrogrades contre les Pygmées en RDC.

La DGPA œuvre à apporter sa modeste contribution aux efforts visant à adresser ces problèmes.

Expériences

  1. Consultation participative des parties prenantes sur la Stratégie d’Investissement du Programme d’Investissement pour la Forêt (PIF)
  2. Consultation/sensibilisation sur le Processus REDD+ en République Démocratique du Congo
  3. Forum National sur les Peuples Autochtones en RDC»
  4. Mission d’information des peuples autochtones Pygmées sur le CLIP par rapport au projet PARRSA dans la province de l’Equateur
  5. Mission de Suivi du projet PARSA, pour revoir le CPPA;
  6. Foresterie communautaire : Sensibilisation des communautés à la cohabitation pacifique Pygmées-Bantous pour la gestion concertée et participative des prochaines forêts des communautés.
  7. Mobilisation des autochtones en faveur de la requête des groupes autochtones au Panel d’inspection de la Banque mondiale.
  8. Participation de la Société civile au processus REDD en RDC – Atelier national.

Autres réalisations

  • Analyse des us et coutumes fonciers des Peuples Autochtones ;
  • Lancement d’une étude de cas sur la non – cohabitation entre les Peuples Autochtones et les Bantous dans 5 provinces ;
  • La formation des membres de la DGPA et les autres partenaires de la RFN sur l’utilisation des approches participative sur terrain avec les communautés ;
  • Plaidoyer pour la prise en compte   des Communautés PA dans le projet PARRSA et PNFoCo et la mise en œuvre du Cadre de Politique pour les PA de ces deux projets   PARRSA, et PNFoCo (Equateur, Orientale et Bandundu) ;
  • Renforcement des capacités des PA de Dongo et Lisala pour faire le monitoring du PARRSA financé par la Banque Mondiale, et exécuté par le Ministère de l’Agriculture ;
  • Suivi du projet sur l’état de lieu de la problématique foncière en RDC (mis en place par le Ministère des Affaires Foncières et financé par PNUD) ;
  • Mobilisation des administrations provinciales, députés provinciaux et les représentants des Communautés PA dans le plaidoyer et le lobbying pour les droits des PA ;
  • Echange d’expériences sur la question des droits fonciers des Peuples Autochtones avec les autres pays, l’évolution et la considération de la question des Peuples Autochtones dans ces pays ;
  • Localisation des Peuples Autochtones en RDC (province, district, territoire, chefferie ou secteur, localité, village, campement) pour la production de l’Atlas démontrant la superposition entre les droits fonciers des Peuples Autochtones, les concessions forestières, les carrés miniers et les aires protégées;
  • Réunion stratégiques avec les organisations autochtones de la sous – région et les organisations autochtones de la RD Congo ;
  • Organisation d’un Forum National avec les dignitaires autochtones sous le haut patronage de Son Excellence Monsieur le Président Joseph KABILA ;
  • Mise en place progressive d’un Musée sur les Peuples Autochtones Pygmées (Exposition de l’art pygmée, documentation/bibliothèque, photos, films, discothèque, vidéothèque….) ;
  • Enregistrement des émissions dans l’espace de l’Emission Karibu Environnement sur la question Autochtone et l’environnement en RDC ;
  • Mis en place d’un site web pour les activités de la DGPA et autres publication sur les Peuples Autochtones ; Publication du deuxième numéro de la revue RAPA sur la problématique foncière chez les Peuples Autochtones;
  • Suivi et capacitation des membres au niveau des antennes pour la maitrise des outils de gestion mis en place par la DGPA en décembre 2010 ainsi que l’approche participative adoptée.
  • Rencontre stratégique entre les organisations autochtones de la RDC et celles de la sous – région (OCDH, CED, JAPAC) sur leurs expériences et l’avancement de la question autochtone dans leur pays respectif et réfléchir avec les acteurs de la société civile congolaise ainsi que les organisations autochtones sur la consolidation de la synergie d’action entre les acteurs et l’identification des points d’intersection dans nos activités respectives pour un plaidoyer commun.
  • Cartographie des terroirs et de grandes aires de peuplement autochtones
  • Outreach sur les droits des peuples autochtones
  • Dialogue de cohésion sociale entre les Autochtones et les autres peuples
  • Suivi de la réforme du secteur forestier et agricole
  • Recensement des populations autochtones
  • Plaidoyer pour l’élaboration d’une politique affirmative de développement durable des peuples autochtones
  • Plaidoyer pour la rémunération des forêts intactes du Bassin du Congo
  • Suivi et vulgarisation de la Loi sur la Conservation de la Nature en cours de finalisation
  • Suivi du PnFoCo (Programme National Forêt et Conservation de la Nature)
  • Accompagnement des autochtones pour la valorisation des ressources forestières en termes de plus value, d’accroissement de la productivité et du capital
  • Valorisation des savoirs endogènes des autochtones (alimédicaments, pharmacopée, polyphonie, conservation de la biodiversité…)
  • Accompagnement des femmes autochtones victimes de violences sexuelles
  • Accompagnement des autochtones victimes de conflits armés ou de calamités naturelles
  • Publication de la revue « RAPA » (Revue Africaine des Peuples Autochtones)
  • Organisations des FESTIVAL INTERNATIONAL des PA 2e Edition

 

[1] Exception le Bas-Congo où traditionnellement il n’y a pas des Pygmées

[2] Voir les Groupes thématiques de la Coordination Nationale de la DGPA, dans l’Organigramme  mentionné ci-haut

[3] Entre autres politiques, l’OP 4.36 sur les forêts, l’OP 4.10 sur les peuples autochtones, l’OP 4.01 relative à l’évaluation environnementale et sociale, l’OP 4.15 relative à la réduction de la pauvreté, l’OPN 11.03 relative à la Propriété culturelle, l’OP 4.12 relative à la relocalisation involontaire, etc.

[4] Notamment les projets PUSPRES (Projet d’Urgence de Soutien au Processus de Réunification Economique et Sociale) et le TSERO (Transitional Support for Economic Recovery)

[5] Pour plus d’informations sur la plainte des groupes autochtones, voir le site web de la Banque mondiale www.worldbank.org

EnglishFrench
000webhost logo